Le métier d’ambulancier

Les ambulanciers mobilisent les connaissances médicales liées aux pathologies de l’urgence. 5400 heures de formation sont ainsi indispensables pour assimiler – entre autres –  les menaces liées aux décompensations respiratoires, aux malaises cardiaques, aux troubles neurologiques ou toute forme de traumatisme, de la petite chute au domicile à l’accident majeur impliquant de multiples victimes.

Les ambulanciers appliquent des gestes spécifiques dans de multiples conditions, du studio étriqué au 6e étage sans ascenseur à la sombre cave, de l’accident de chantier à la désincarcération d’un véhicule. L’entraînement à la mobilisation de membres fracturés tout comme la prise en charge d’un polytraumatisé nécessite de longues heures de pratique en terrain varié, dans ces cas-là l’adaptation est le mot d’ordre, tout en ayant la capacité de respecter des règles établies.

En mobilisant leurs ressources internes pour tenter au mieux d’apaiser la souffrance de l’autre et en mettant en pratique leurs compétences professionnelles, les ambulanciers se doivent d’être prêts à toute situation, des cas simples d’un patient stable à la complexité d’une intervention aux multiples blessés.

Sur le canton de Genève, les équipages d’urgence sont composés de deux ambulanciers diplômés ES, assurant les interventions dites primaires (P1/P2/P3) et secondaires (S1 en milieu hospitalier). La majorité des interventions se déroule en autonomie totale, les ambulanciers assurant les soins en fonction des protocoles médicaux délégués par un médecin répondant d’entreprise diplômé SSMUS et de leurs compétences ambulancières spécifiques. Dans une minorité de missions, la collaboration en intervention se déroule avec un SMUR (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation), composé d’un médecin et d’un ambulancier. Ces derniers amènent des compétences médicales avancées, telles que l’intubation endotrachéale pour les personnes inconscientes, la gestion des pathologies cardiaques, les détresses respiratoires sévères, etc.

Les ambulanciers sont aussi appelés à collaborer avec de nombreux acteurs du service à la population, tels que la police, les pompiers ou les soignants fournissant des soins à domicile, ce qui implique la nécessité d’une étroite collaboration dans un esprit pluridisciplinaire.

La profession d’ambulancier-ère diplômé-ée ES est décrite dans le Plan d’étude cadre pour les filières de formation des écoles supérieures « sauvetage », édité par le Forum de Formation de Sauvetage et approuvé par l’OFFT en janvier 2008. Le lien suivant vous donne accès à son contenu dans son intégralité : Plan d’études cadre – SBFI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de vous proposer une navigation optimale. En savoir plus J'accepte Je refuse